Historique

L’hévéa culture en Côte d’Ivoire
Notre cher pays a connu l’hévéa culture bien avant son indépendance, les premières plantations ont vu le jour au début des années 50, c'est-à-dire environ ans 1953 à Pakidié par la Compagnie des Caoutchoucs du Pakidié, mais qui trois an plus tard (1963), va voir arriver sur la scène de l’hévéa culture la SAPH Société Africaine des Plantations d’Hévéa. En un mot voici les deux plus vieilles compagnies hevéicolles de notre pays.


L’état de Côte d’Ivoire, entre 1964 et 1978 prend des participations dans la SAPH et crée une société qui va s’occupée spécifiquement du développement de l’hévéa dans notre pays : SODHEVEA (Société de Développement Spécifique de l’Hevea). Cette même société sera l’initiatrice des projets pilotes de création des plantations villageoises environ 100 (cent) hectares.


L’état en 1975, créé une société qui sera l’interface entre elle et le gotha de la production hevéicolles en Côte d’Ivoire. Cette structure est chargée de gérer le mécanisme de stabilisation des prix aux petits planteurs. APROMAC.


En moins de 10 ans (dix), la production de caoutchouc sec quadruple en Côte d’ivoire, grâce surtout aux efforts et moyens déployés par l’état pour le développement de l’hévéa culture. 

 
Afin de permettre à tous les planteurs villageois de bénéficier d’un encadrement adéquat, surtout après la disparition de la BNDA, l’état crée l’APPH. Puis, le FDH (Fond de Développement de l’Hévéa) est crée et travail en collaboration avec la Caisse Autonome d’Amortissement pour le financement des nouvelles plantations villageoises. L’état entre 1994 et 1996, se désengage de la production hevéicolle par la privatisation de la SAPH, SOGB, DHE et bien d’autres entreprises.          

Statistique de production depuis 2004

                                                                                                                                                                Le statistiques de la production hevéicolle en Côte d’Ivoire, et les résultats sont les suivants :                                                                                                                                     production totale de la Côte d’Ivoire : 143.000 (cent quarante trois mille) tonnes, dont 6.200 (six mille deux cent) tonnes d’importation.                                                                                                                                                 Les sociétés agricoles ont produit : 74.200 (soixante quatorze mille deux) tonnes, y compris les importations.                                                                                                                                                                 Les stations de recherche ont produit : 5.100 (cinq mille cent) tonnes.
Enfin les producteurs villageois on produit : 63.700 (soixante trois mille sept cent) tonnes.                                                                                                                                 En Côte d’Ivoire la production villageoise représente 44.5% de la production totale.                                                                                                                          Depuis l’année 2000, la production villageoise est en nette progression et cela de façon très significatif, c'est-à-dire 1% chaque année.
Selon les statistiques de l’année 2000, les capacités de production sont de 180.000 (cent quatre vingt mille) tonne et est largement supérieur à la production actuelle de 25%.                                                                                                                          Nous observons aujourd’hui du faite de la libéralisation du secteur de l’hévéa en Côte d’Ivoire, la naissance de plusieurs sociétés dans le secteur. Avec les compagnies telles qu’IDH, qui a ouverte son usine de production à Grand-Lahou qui est en extension. La TRCI qui elle aussi à mise sur pied des ponts bascule dans certaines localités jonchant l’autoroute du nord.      

Les superficies plantées
Sociétés agricoles : 44.500 (quarante quatre mille cinq cent) hectares dont 85% en exploitation.                                                                                                                                            Institut de recherche : 2.300 (deux mille trois cent) hectares dont 98% en exploitation.                                                                                                                          Plantations villageoises : 59.500 (cinquante neuf mille cinq cent) hectares dont 77% en exploitation.

Au plan Mondial, la production totale s’établie à 8 230 000 T de caoutchouc naturel avec une consommation voisine de 8 200 000 T en 2004.
L’Afrique ne fournit que 400 000T soit à peine 4.86% de la production mondiale et la Cote d’Ivoire se situe au 1er rang des producteurs africains de caoutchouc naturel devant le Liberia, et au 8eme rang mondial.